L1 / 13e journée : Nantes - Toulouse




Le TFC pour se relancer



Disons le clairement, cette équipe de Nantes n’ira pas bien loin dans ce championnat en continuant à jouer de la sorte. Déjà contre Marseille, les Canaris avaient passé la plus grande partie du match dans leurs retranchements, ne portant la balle dans le camp marseillais qu’à quelques reprises. Heureusement le salut était venu d’un coup de génie de Maréval pour sauver les Nantais d’une nouvelle défaite. Un vrai match de coupe où « le petit poucet », selon l’expression d’Elie Baup, s’était contenté de conserver ce petit but d’avance en défendant à 11 dans les quarante derniers mètres. En vain… Face à Lille, on prend les mêmes et on recommence pour ainsi dire. Après un début de match plus équilibré, le FCN s’est limité à des exercices encore mal maîtrisés : défendre et construire des attaques.



Deux matchs dont les statistiques sont à la fois affligeantes et parlantes. Marseille qui évoluait pourtant à l’extérieur, a eu une possession de 66 % et a tiré 16 fois au but, contre deux petites tentatives pour le FCN qui a été plus que récompensé en obtenant un point sur ce match. Face à Lille, les Canaris ne comptaient pas une occasion de but à la pause. Pourtant, Ricardo Faty estimait après le match qu’il y avait de la place pour faire un résultat, notamment en première mi-temps. On se demande bien de quelle place il parlait. Toujours est-il qu’à se comporter sur le terrain d’une telle manière, Nantes s’expose aux multiples occasions que se procurent ses adversaires et au manque d’opportunités offensives. Contre le TFC, il va falloir jouer messieurs, pour éviter que ce scénario ne se répète trop souvent.



Toulouse ne sera pas un adversaire moins coriace que le LOSC et les joueurs d’Elie Baup vont de toute façon devoir prendre la mesure de la Ligue 1 très rapidement. Nantes ne pourra pas aborder tous ses matchs dans la peau de l’outsider. Baup préfère que son équipe acquière des bases solides avant de se lancer à l’attaque mais il est difficile de savoir si ce vœu sera exaucé d’ici la trêve hivernale. Et il sera déjà trop tard à ce rythme là pour changer la donne. Les Canaris doivent impérativement tenter de sauver leurs plumes en allant chercher les points nécessaires à leur maintien. Ce n’est pas en restant replié dans son camp pendant 80 minutes qu’ils tomberont du ciel. Contre le TFC, c’est en allant de l’avant que les Jaunes et Verts pourront se relancer.



Le FCN face à son adversaire :



FCN :



Forme du moment : deux défaites et un nul sur les trois derniers matchs, Nantes est de nouveau au bord du précipice avec seulement deux points d’avance sur le premier relégable.

En hausse : Nantes reste invaincu à la Beaujoire depuis l’arrivée de l’homme à la casquette avec deux victoires et un nul.

En baisse : l’incapacité des joueurs nantais à conserver le ballon et construire des attaques. L’absence d’un meneur de jeu devient de plus en plus évidente au fil des matchs.



TFC :



Forme du moment : deux victoire, deux défaites (dont une la semaine dernière à domicile face à Caen 0-1) et un nul lors de leur cinq dernières rencontres, Toulouse est irrégulier mais toujours bien classé (4ème).

En hausse : avec cinq buts au compteur et de belles prestations, André-Pierre Gignac sort de l’ombre depuis le départ d’Elmander.

En baisse : Baup connaît parfaitement les faiblesses de cette équipe qu’il a dirigée de 2006 à 2008.



A noter pour ce match que si Elie Baup retrouvera un groupe dont il était l’entraîneur lors des deux dernières saisons, côté toulousain, Mauro Cetto et Mathieu Berson auront le plaisir de retrouver la Beaujoire. Quant à l’affrontement entre les frères Capoue (Aurélien à Nantes et son cadet Etienne à Toulouse) il n’aura pas lieu puisque le Canari revient tout juste de blessure.



Arnaud Froger,

Avec la participation d'Emmanuelle HINGANT
Posté le 07-11-2008